Le mariage pour couples de même sexe créé en Alpasyrie

Publié le par Agence Alpasyrie Presse

 

BOURG-PALATIN. C'est à la surprise générale que le chancelier fédéral vient d'annoncer unilatéralement ce matin l'ouverture du mariage pour les couples de même sexe sur l'ensemble des provinces de la Fédération. Jusqu'alors uniquement toléré sur les territoires non habités de la Fédération, le mariage n'existait pas en Alpasyrie, notre pays reconnaissant alors tous les types d'union consentis entre adultes. 

 

Le projet de loi visant à l'instauration du mariage pour les couples de même sexe était depuis longtemps porté par Julia S., ministre de la Famille, mais aussi par Frédéric H., ministre de l'Instruction publique, Claire-Lise B.-D., ministre de la Gaieté et de la Gayté, et Lionel B., préfet de Police des Moeurs, qui a été consulté à ce sujet.

 

Après avis de Bérengère L., Grande Confesseuse et Evêque-Primat d'Alpasyrie, qui n'a vu "aucun obstacle théologique, spirituel ou moral" à l'instauration du mariage pour les couples de même sexe, le décret a été immédiatement pris par le chancelier fédéral et le grand chambellan, au saut du lit.

 

Donnant ainsi satisfaction à de très nombreux citoyens de la Fédération, ainsi qu'aux membres du Gouvernement et de l'Official qui ont porté le projet, la décision du chancelier vient toutefois lever des interrogations légitimes pour les couples de sexe différent. Aussi, la montée au créneau de la Préfète des Droits paritaires de la Fédération, Amandine B.-S., est très attendue par les milieux hétérosexuels alpasyriaques. Plusieurs consuls ont déjà fait savoir qu'ils n'hésiteraient pas à célébrer des unions hétérosexuelles avant même un élargissement de la loi, notamment Olivier B., consul du Nouveau-Bruneï, qui d'après nos informations souhaiterait porter à la chancellerie une demande cosignée par d'autres responsables provinciaux. 

mariage_star_wars1.jpg

 

 

Un mariage costumé "Star Wars", un rêve pour l'instant inaccessible pour beaucoup de couples hétérosexuels en Alpasyrie.

 

 

 

Il faudra que le chancelier puisse faire preuve d'ouverture d'esprit, de dialogue et de conciliation pour ramener à la table du débat l'ensemble des acteurs de ce sujet délicat. Tandis qu'un débat inverse fait rage chez nos voisins français, des experts devront être consultés afin de savoir notamment si des enfants peuvent être élevés convenablement par des couples qui les exposeraient à des disputes régulières à propos de choses futiles (tâches ménagères, itinéraire automobile, dépenses vestimentaires) ou leur offrirait une vie morne et monotone, sans fantaisie, sans ouverture d'esprit. Ces arguments, avancés par certains partisans du mariage pour les couples de même sexe, ont été jugés "caricaturaux et réducteurs" par leurs adversaires, bien décidés à obtenir une égalité des droits sur l'ensemble de la Fédération. Le problème de la consanguinité aigüe de certains lobbyistes hétérosexuels devra également faire l'objet d'un examen attentif. Je ne veux pas entendre dans les rues de la capitale des slogans tels que "Première, deuxième, troisième générations, nous avons tous un grand-père en commun", a prévenu le ministre du Dedans, qui a préventivement fait interné la militante Rigide Jabot.

 

Pour l'instant, le mariage reste interdit à tous les couples de sexe opposé, et le chancelier semble avoir été clair à ce sujet : "tant que le débat public n'aura pas eu lieu, et que la loi n'aura pas force, toute célébration de mariage hétérosexuel pastichant un mariage homosexuel sera condamnée et les membres de l'administration qui se seront prêtés à ce jeu seront auditionnés par une commission fédérale". Le palais présidial a fait savoir qu'un référendum au sujet de l'ouverture du mariage aux couples de sexe opposé n'était pas exclu, et que le gouvernement se laissait toute latitude pour gérer au mieux ce dossier sensible.

Publié dans Journal officiel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FH Ministre 22/11/2012 12:21

Pour former nos chères têtes blondes à la liberté de conscience, j'ai décidé de réformer le programme littéraire de l'instruction nationale pour que l'hétérosexualité ne soit plus la seule forme
d'amour enseignée.
J'ai donc procédé à des rapprochements d'oeuvres pour aider à la compréhension :
Le cycle moyen-âge sera couvert par "Tristan et le chevalier à la charrette", l'histoire d'un prince qui part à la guerre et qui apprend la mort de son bien aimé. Il retournera ciel et terre (et le
chargement de la charrette), pour retrouver son chevalier dont il ne croit pas à la mort.
Le cycle 19e sera consacré à Mme Bovary & Mlle Eugénie, l'histoire d'une initiation saphique entre une bourgeoise atteinte de tubercolose qui veut tromper son ennui, et une jeunette un peu
naïve qui croit pouvoir échapper à son destin.
Enfin, le cycle 20e siècle verra quand à lui les affres de la provocation et les horreurs de la guerre avec l'étude de "Voyage au bout d'uranus" de Céline Aymé de Louis. Un récit poignant suivant
l'itinéraire de Bardamour, un soldat envoyé sur le front et qui garde espoir grâce aux alexandrins poétiques. qui lui envoient son amant Léo.