L'été people du chancelier

Publié le par Bourg-Palatin Match


Être au service de l'Etat, ça implique des sacrifices. En France, par exemple, ça signifie (dans certains ministères plus que dans d'autres), être très mal payé voire ne pas être payé du tout (quand on est stagiaire). Mais ça impose alors des compensations.

Aussi, dans le cadre des relations étroites que le chancelier d'Alpasyrie entretient avec nos amis français, sont survenus plusieurs événements people, c'est ainsi sans doute que le ministère français de la Culture, qui s'alloue gracieusement les services et les capacités cancellariennes, croit se faire pardonner son ingratitude. Mais dans sa grande mansuétude, notre chancelier sait accepter tout cadeau comme il vient et regarde le bon côté des choses : ça fait toujours un truc à raconter à ses chers et aimés compatriotes.

Pour replacer les choses dans leur contexte, pendant ces trois derniers mois le chancelier Alpasyr a travaillé dans le deuxième plus grand musée de la capitale française (nous l'appellerons le Musée de l'Art de 1848 à 1914, pour en préserver l'anonymat). Au mois d'août, ce genre d'établissement est totalement déserté par son personnel qui part en congé. Or, l'autre jour, une personne très célèbre désireuse de visiter le musée de manière privé se fait connaître. Nous la nommerons Léonard de Capri, pour en préserver l'anonymat). La panique s'empare alors du service de la conservation réduit à un effectif de...deux personnes, soit votre zélé serviteur et sa responsable. Celle-ci se sentant mal-à-l'aise à l'idée de devoir assurer la visite privée en anglais (oui, Léonard de Capri est anglophone), c'est immédiatemment vers le chancelier qu'elle s'est tournée, en quête d'un soutien indéfectible (et sachant aussi que ses hautes fonctions intermicronationales l'amenaient à parler l'anglais, l'une des langues officielles de l'Alpasyrie).

Et c'est comme ça que le chancelier, coutumier du grand monde, s'est retrouvé en deux heures à devoir co-diriger une visite pour Léonard de Capri. Alors, nous les entendons déjà, toutes les midinettes et les midinets, qui mouillent dans leur culotte : Léonard de Capri est quelqu'un (autant qu'on puisse en juger en 2 heures) d'assez inintéressant, qui est devenu bouffi depuis le film avec le gros paquebot qui coule, et qui est sapé comme une merde (baskets, jogging et casquette à l'envers, si si, à 34 ans), qui se prend en photo devant les tableaux en faisant "Yo" avec les doigts comme les rappeurs étasuniens. Seule surprise : il est très grand. Et sa mère est très sympa, d'autant plus que le chancelier a pu lui montrer un autre talent en faisant son cake en lui parlant allemand (oui, la mère de Léonard de Capri est germaine).

Comme hapé par l'élan people, le chancelier se trouve projeté dès mercredi prochain dans un tournage pour une émission culturelle française très connue (que nous appellerons Roots and Wings, pour en conserver l'anonymat). Oui, il faut bien rentabiliser les moments où l'on donne son temps, son esprit, (son corps même), contre une rétribution non sonnante et pas si trébuchante.



Illustration : la crue de 1910, évoquant un subtil mélange entre ce que fut le Musée de l'Art de 1848 à 1914 et le gros paquebot qui coule dans l'Atlantique nord.

Publié dans Vie d'un chef d'Etat

Commenter cet article

marie 26/10/2009 22:05


Hey ! Je sens que je vais faire aussi dans le "people", pipole, comme on doit dire en français politiquement correct, malgré mon look escargotesque... le type de roots ans the winds n'est-il pas un
aficionados d'Alpasyrie ? Ou n'exerce-til pas de sournoises manoeuvres pour tenter une annexion ? Toujours est-il qu'"ils" m'ont contacté à propos d'une émission sur l'architecture de l'Annexion,
dans la lointaine province d'où est originaire le chancelier..... Là , je sens le traquenard. Promis je ne dirai rien. et heureusement, je me suis acheté un petit tournevis aux puces, dimanche
matin. Ca peut servir, comme arme de défense uniquement.


Nanou 28/08/2009 02:59

J'en suis sur le cul! Quelle popularité, quelle pipolarité!
Et ce Léo moi je l'aime bien. pas parce qu'il seraut trop bô d'sa race, mais parce que a)c'est un bon acteur et b) qu'il a l'air sympa.