Drapeau rouge et cheveux gras

Publié le par Alpasyr Meringensis

En tant que chancelier, j'observe beaucoup ce qui se passe chez nos voisins français. Tu m'étonnes, vu que notre capitale est totalement enclavée dans la leur. Au-delà de la zone tampon entre les deux Etats, il se passe parfois des choses curieuses.

En regardant hier soir la télévision publique française, j'ai cru que mon poste était revenu au temps de l'ORTF, la couleur en plus. En effet, mon regard hagard a pu découvrir soudain un être physiquement et prénominalement christique, parolement et idéologiquement anarchiste, une sorte de symbiose que je croyais à jamais éteinte, un être venu des profondeurs du monde mayolo-soixantehuitard : Christian Mahieux.

Un vieux pull dégueulasse, les cheveux pas coupés depuis ses 18 ans probablement (les paris à la con entre potes, ça n'a pas que du bon), le modèle de lunettes le plus vieux de tout le bassin parisien, et surtout des paroles en décalage total avec la réalité, je n'en croyais pas mes yeux. Je m'attendais à voir Michel Droit comme présentateur et non Yves Calvi mais j'ai dû me résigner : nous étions bien en janvier 2009. A lui seul, Christian Mahieux envoyait Indochine, Tokio Hotel et les Pokémons au placard des looks improbables.

Bon, je sais, on ne critique pas sur le physique, c'est trop facile, mais je vous assure que le fond aussi était craignos.

Alors je veux bien admettre que sur de nombreux points la politique actuelle du gouvernement de Nicolas Sarkozy François Fillon (ben oui, il n'y a que depuis Sarkozy qu'on oublie en France que le gouvernement porte le nom et est sous la direction du premier ministre, pas du président) est discutable et parfois même manichéenne, mais sérieusement, quand on a de telles caricatures du syndicalisme, comment ne pas tomber soi-même dans le caricatural le plus profond ?

Impossible. Cet article en est la preuve.

Publié dans Affaires étrangères

Commenter cet article

Alexandre 28/01/2009 15:56

Mais au fait, je ne sais même pas pour quoi elle est cette grève...

Et ben tu sais quoi Fred, à ta place je dirais : "ah ! vous ne voulez pas qu'on travaille et pas qu'on vienne, eh bien croyez bien que je vais venir mais à reculons, et que je ne vais pas travailler mais faire semblant".

Et merci à Marie G. pour son gentil commentaire sur un article du 20 septembre 2007

Fred 28/01/2009 11:28

les professeurs de mon collège ont décidé de faire "collège mort" demain pour protester contre la possible fermeture du collège.
Je trouve l'idée hyper conne du "ah vous voulez nous empêcher de travailler, si c'est comme ça on va pas travailler, ahah"

Fred 27/01/2009 18:49

Cheveux longs idées courtes.
Ahhh sacré johnny !

Alpasyr Meringensis 28/01/2009 10:02


C'est pas ce que je dis mon cher ex-cheveuxlonguien, mais je n'aime pas le syndicalisme à la française tel qu'il est. C'est d'ailleurs pour ça qu'il n'y a pas de syndicat en Alpasyrie.