Quand on ne sait pas quoi dire, on cite les autres

Publié le par Alpasyr Meringensis

ruelle-Briey-2.JPG"Plus je vais, plus j'enfonce, pas de projets, pas d'avenir, et sentir sa vie s'en aller comme cela !" Marie Lenéru, dans son journal intime, 15 mars 1895. 

"Je passe un bien vilain moment. Tous les livres me dégoûtent. Je ne fais rien. Je m'aperçois plus que jamais que je ne sers à rien. Je sens que je n'arriverai à rien, et ces lignes que j'écris me paraissent puériles, ridicules, et même, et surtout, absolument inutiles". Jules Renard, dans son journal intime, 17 mars 1890. 

Heureusement que le chancelier ne tient pas de journal intime, sinon vraiment, en ce moment, il serait tenter par un plagia de Marie Lenéru (sais même pas qui c'est celle-là) et Jules Renard. 

Illustation : ruelle à Briey, Lorraine.

Publié dans Pensées du chancelier

Commenter cet article

Marie Léneru 27/03/2008 20:30

et toi, t'es qui toi?

Nanou 14/03/2008 13:12

B'alors, c'est quoi ce coup de mou? Mais tu es plein de projets et l'avenir te sourit: à part les 22H de vol, je t'accompagnerais bien en Australie, moi!
Allez "there is nothing that we can't do" (tiens, ça pourrait être une chanson populaire celle-là aussi).