Les histoires d'A.

Publié le par Son Excellence le chancelier

eglise-de-Colombey.JPGComme vous le savez mes chers concitoyens et amis, je m'appelle A. Quand j'étais en Seconde, j'ai vécu une histoire passionnelle avec A. Elle a duré un certain temps quand même, malgré les contraintes. Après, ce fut le calme plat. 

En hypokhâgne, j'avais craqué sur A., au début de l'année. Elle a de très beaux yeux bleus. Mais j'ai vite vu que A. voulait sortir plutôt avec A., qui était d'ailleurs très réceptif, et l'Histoire nous a montré que c'était le choix de l'évidence puisque ces deux ministres alpasyriaques sont maintenant fiancés. 

Un jour, en khâgne, c'est A. qui m'a dit qu'elle m'avait trouvé pas mal quand nous avions fait connaissance l'année d'avant. Heureusement, rien ne s'est produit car je n'étais pas du tout dans cette optique, et là encore, l'Histoire nous a montré qu'il y avait en germe une totale et intrinsèque incompatibilité. Histoire, comme tu nous montres bien les choses.

Arrivé à l'université, j'ai rencontré A., qui m'a avoué plus tard que si j'avais tenté quelque chose, elle aurait été prête à faire une tentative. Tant pis pour moi, car A. est une fille formidable, et toujours une amie, comme A., A. et A., dont j'ai parlé dans les deux premiers paragraphe d'ailleurs.

Récemment, j'ai envoyé des signaux assez clairs à A. Mais elle a préféré que nous restions de très bons amis, et finalement je la comprends, et je respecte complètement ce choix judicieux. 

Aujourd'hui, c'est avec A. que j'entame une relation sérieuse dans ma vie sentimentale. Un bonheur pour moi et donc un bienfait pour le pays puisque quand l'équilibre règne à la tête de l'Etat, la Fédération peut dormir sur ses deux oreilles. 

"Les histoires d'A. finissent mal en général", nous dit Rita qui ne le sait que trop, mais je veux croire que l'Histoire, cette chère Histoire que j'aime tant, me montrera, une fois de plus, qu'il ne faut pas se laisser facilement porter par de fausses évidences. 

Publié dans Vie d'un chef d'Etat

Commenter cet article

edwige 27/01/2008 20:11

AH!

Tony-Paul Lambert 23/01/2008 01:55

bou hou il veut pas de mon image ^^ bon tant pis...

Tony-Paul Lambert 23/01/2008 01:54

Trouvé aujourd'hui ^^

Gigi 17/01/2008 16:40

C'est un peu comme Julia Julien

Alexandre 17/01/2008 08:38

(en direct hors les murs de la chancellerie)

Fred > oui mon ministre, comme tu as raison, ça claque quand on dit les deux prénoms !

Nanou > Je songe à rajouter Félicité dans la devise alpasyriaque du coup.

Tony-Paul > Vous pourriez bien devenir ministre de la Subtilité vous aussi, cher ami.